samedi 31 mars 2007

Les options peu engageantes de l'Europe.
par Daniel Pipes , Ph.D., is an academic and journalist and Director of the Middle East Forum whose writings on Islam, Europe and the threat to the West have appeared in newspapers and magazines around the world. His website, www.danielpipes.org, is the single most accessed internet source of specialized information on the Middle East and Islam. (http://www.danielpipes.org/)
À long terme, l'évolution la plus décisive du continent européen, celle de ses relations avec sa minorité musulmane croissante, suivra l'une de ces trois voies: intégration harmonieuse, expulsion des Musulmans ou prise de pouvoir islamique. Lequel de ces scénarios est le plus vraisemblable?
...-"la direction qu'elle (L'Europe) , prendra aura des incidences majeures pour le reste de l'humanité, et tout particulièrement pour ses nations sœurs telles que les États-Unis qui, historiquement, ont toujours considéré l'Europe comme une source d'inspiration, de peuplement et de biens.

mardi 27 mars 2007

CE QUE LES EXPERTS AMÉRICAINS PENSENT DE L’AVENIR DE L’EUROPE
Nos adversaires politiques, c’est connu, se piquent d’être cosmopolites et à l’écoute du monde. Ils devraient alors lire davantage la presse étrangère, car nul ne doute qu’ils seraient certainement surpris de découvrir ce que les étrangers pensent de notre beau pays, de ses gouvernants et de la politique qui est pratiquée. Cette lecture leur permettrait notamment de constater que les politiques migratoires laxistes menées sur le Vieux Continent inquiètent, au plus haut point, les experts étrangers et notamment les experts anglo-saxons.
Islam de France- Frères Musulmans-UOIF : Quelles propositions pour le candidat Sarkozy en 2007 ? - par Alexandre del Valle.
1/ donner plus de visibilité aux modérés et aux libéraux, majoritaires dans les esprits mais minoritaires dans les mosquées, et de prêter main forte aux tenants d’un aggiornamento de l’Islam, s’il le faut via le statut spécial réservé au culte et la tradition théologique propres à la Région Alsace-Lorraine. (on pourrait pour cela s’inspirer des réformes théologiques audacieuses initiées par Abd al Razeq en 1925 en Egypte[1], ou Mohamed Charfi en Tunisie. 2/ oeuvrer de concert avec les organisations maghrébines et /ou anti-racistes comme SOS Racisme, Ni Putes ni Soumises, l’Association des Maghrébins Laïques de France ou l’Association des Laïques Musulmans de France, puis les mouvances franco-algériennes soufies et libérales (Islam de France de Leïla Babès, Scouts Musulmans de France du Cheikh Bentounès). Sans parler de nombreuses individualités comme Souheib et Ghaleb Bencheikh, Mezri Haddad, Malek Chebel, Latifa Benmansour, etc).Pour une Charte de l’Islam de France Quand on garde présent à l’esprit le fait que l’islamisme est une idéologie fondée sur la terreur psychologique avant même de s’incarner dans la violence terroriste physique, et quand on sait à quel point les Musulmans modérés sont soumis à des pressions souvent difficiles à supporter exercées par les Intégristes circulant dans les « quartiers », le futur président de la République serait particulièrement bien inspiré s’il osait mettre sur pied une Charte du Culte Musulman ou de l’Islam de France invitant les organisations musulmanes à signer un texte solennel consacrant les droits des citoyens musulmans mais aussi l’allégeance envers les principes fondateurs de la République. Un peu sur le modèle de ce qui fut entrepris par le grand ami du judaïsme que fut Napoléon 1er et qui consacra l’intégration de ces derniers dans les institutions françaises lorsqu’il leur fit signer une Charte établissant les compatibilités entre la Loi juive et la loi française, Nicolas Sarkozy pourrait à sommer les « orthodoxes » musulmans de France de faire primer la loi de la République sur celles de la Charià, lorsqu’il y a conflit grave de valeurs entre les deux systèmes, notamment quant au droit de changer de religion, à l’égalité d’héritages et de droits entre hommes et femmes ; la légitimité du Djihad, la justification de l’esclavage, la haine des Juifs et des Mécréants, etc. Car jusqu’à présent, le grand malentendu concernant l’Islam de France que la pensée politiquement correcte somme de considérer comme intrinsèquement « tolérant » et « ouvert », repose sur le fait que les « modérés » de l’UOIF, de la FNMF, du BOLIM, du Milli Görüs ou du Tabligh, n’ont jamais saisi la moindre occasion de dénoncer les dispositions de la Charià, hélas enseignées dans les mosquées les plus officielles, pas seulement celles des caves, qui légitiment le Djihad, les corrections physiques des femmes, la peine de mort pour l’adultère ou l’apostasie, et l’infériorité des non-Musulmans, des esclaves et des femmes. Il serait temps et ce serait l’honneur de la République de refuser que ce type d’enseignement soit promulgué au sein de l’Islam de France. Du moins au sein des courants désormais reconnus au sein du CFCM et par là revêtus de l’aura de la respectabilité institutionnelle

dimanche 25 mars 2007

L’éducation nationale choisit la dhimmitude
primo-europe.org - Liliane Messika jeudi 22 mars 2007 - 19:09
le recteur de Lyon, Alain Morvan, est démis de ses fonctions
par le Conseil des ministres, Gilles de Robien ministre de l'éducation nationale.
Dans le ministère de l'éducation nationale la liste des résistants tombés continue de s'allonger :
Louis Chagnon, Robert Rédéker, Christian Belmer, Alain Morvan

vendredi 23 mars 2007

Le bloc-notes d'Ivan Rioufol Publié le 23 mars 2007
Extrait
Recteur limogé
Limogeage, mercredi, du recteur de l'académie de Lyon, à la demande du ministre de l'Éducation. Alain Morvan n'a pourtant fait que mettre en garde contre l'intégrisme et le communautarisme que véhiculerait le nouveau lycée musulman al-Kindi, dans la banlieue de Lyon. Hier, Nicolas Sarkozy a fait savoir qu'il n'était pour rien dans son éviction. Mais il n'a pas dit la regretter, alors qu'il veut justement défendre l'identité française et la laïcité. Difficile aussi, parfois, de comprendre la droite.
Les Pays-Bas bloquent l'immigration musulmane
Stéphane Kovacs 08 mars 2006, (Rubrique International Le Figaro.fr)
La campagne pour les élections municipales a été dominée par le thème de l'immigration. Extraits.
AUX PAYS-BAS, «le temps des discussions conviviales avec les musulmans est révolu». Dans un pays qui autorise le mariage gay, l'euthanasie ou le cannabis, «Rita de fer», la ministre de l'Immigration Rita Verdonk, ne fait, elle, aucun compromis. Ses nouvelles mesures, qui entrent en vigueur la semaine prochaine, font des Pays-Bas l'Etat européen le plus strict envers les immigrés, et surtout les musulmans....Lorsqu'un imam refuse de lui serrer la main «pour des raisons religieuses», elle annule tout de go la rencontre. «Et quand nous nous reverrons, j'espère que vous parlerez néerlandais !», lui lance-t-elle. C'était juste après l'assassinat, en novembre 2004, du cinéaste Theo Van Gogh par un islamiste...«Le problème est que nous avons toléré les intolérants, et maintenant nous payons l'addition, explique Bart Jan Spruyt, directeur de la Fondation Edmund Burke, un «think-tank» conservateur. Cette addition doit être réglée avant que nous ne redevenions tolérants.».
Après la France, c'est le pays qui détient le plus fort taux de musulmans au sein de l'Union européenne...
Imposer «le néerlandais dans la rue»
En 2010, selon une étude gouvernementale, les quatre principales villes, Amsterdam, Rotterdam, La Haye et Utrecht, auront une population à majorité musulmane. Ces villes ont, depuis des années déjà, testé différentes politiques vis-à-vis de leurs immigrés.
Traumatisée, en 2002, par l'assassinat du populiste Pim Fortuyn, qui qualifiait l'islam de «culture arriérée», Rotterdam a établi un «code de bonne conduite». Parler néerlandais en public, refuser la discrimination, rejeter le radicalisme . Son idée d'imposer «le néerlandais dans la rue» n'aura pas fait long feu. En revanche, dès la semaine prochaine, des tests de langue et de culture néerlandaise seront obligatoires pour tous les candidats à l'immigration. Une première dans le monde !
Les examens auront lieu dans les ambassades et consulats néerlandais à l'étranger. Ils seront payants (350 euros), tout comme les livres, cassettes et CD-Roms de préparation. «Où siège le Parlement ?», «Qui était Guillaume d'Orange ?», les candidats devront répondre, au téléphone, à des questions permettant d'évaluer «leurs capacités d'adaptation à la vie néerlandaise». Au bout du fil... un logiciel de reconnaissance vocale ! Linguistes et défenseurs des droits de l'homme ont bien sûr critiqué la méthode, d'autant que les citoyens originaires de l'UE, d'Amérique du Nord, du Japon ou d'Australie sont exemptés.
Des «cours d'intégration»
La loi est clairement destinée à freiner l'immigration des Marocains et des Turcs ... Quant aux immigrés de moins de 65 ans installés de longue date aux Pays-Bas, mais qui y ont fait moins de huit ans d'études, ils se voient désormais obligés de suivre des «cours d'intégration»... La quatrième ville du pays vient de supprimer les allocations-chômage aux femmes qui s'obstinent à porter leur burqa... Mais en suggérant, en octobre dernier, l'interdiction du port de la burqa dans les lieux publics, «pour des raisons de sécurité», la ministre a déclenché l'ire de toutes les associations musulmanes...
Beaucoup n'acceptent plus cette pression et préfèrent, malgré les problèmes, rentrer chez eux.» En 2004, plus de 4 000 Turcs et 2 600 Marocains sont retournés dans leur pays d'origine.

On peut discuter les idées mais il faut reconnaître qu'il parle bien le français; un écrivain.

Extrait de "Represente-toi" par Marc-Édouard Nabe.

-"Plus la date de l’élection du nouveau président de la République
française approche, moins on s’amuse. Au début, c’était
drôle de voir s’opposer une femme en blanc baisant des éléphants
roses à coup de gaffes et un flic cocu passant au kärcher
toutes les couilles molles de son parti. Maintenant cette campagne
s’avère sinistre. Hystérique duel entre deux animaux politiques
drogués au pouvoir qui, à force de se jeter des peaux de
bananes, finissent par ressembler à des singes, en moins marrants.
La ouistitie et le babouin ! Triste jungle..."
Un copié/collé du blog de Frédéric Lévy
21 mars 2007
Ca ne tourne plus tres rond chez les profs
Christian Belmer, n'est qu'un modeste enseignant, blogueur à ses heures perdues. Le voila aujourd'hui suspendu par sa hierarchie pour quatre mois, après avoir connu les joies de la garde à vue. De quelle manière l'enseignant s'est-il commis pour se retrouver dans une telle situation?Et bien, il a tout simplement écrit sur son blog, la critique d'un tract en faveur de la Palestine distribué auprès des professeurs de son lycée.Résumé très explicite dans le Figaro "C'est donc au sein même de l'Éducation nationale que l'idéologie anti-occidentale, pro-arabe et donc anti-judaïque s'exprime de la façon la plus ouverte et violente."En clair, pour la Justice Française, dénoncer de la propagande idéologique pur jus rédiger par des fonctionnaire de l'Etat Français, au sein de l'administration publique, signifie porter atteinte à cette même administration.Le dénonciateur devient l'accusé. Et le principe d'indépendance du service public? Envolée?Reproché également à Christian Belmer, dans un autre procès d'avoir diffusé sur son blog, des photos de crimes islamistes. D'autant plus étonnant que ces clichés d'abominables corps mutilés par des fanatiques islamistes font réguliérement la une des grands quotidiens nationaux.On ne peut être que dépité devant cette nouvelle démonstration de la facheuse tendance d'une tres grande partie de l'éducation nationale à se faire les champions d'une pseudo-cause humaniste d'extrême gauche aux désagréables relents de judéophobie.
Définitivement, quelque chose ne tourne plus tres rond dans l'éducation nationale.

mercredi 21 mars 2007

Une invasion idéologique souterraine

L'islamisme n'est pas seulement représenté par des organisations terroristes (la branche armée) elle est également supporté par un courant de pensée qui a la particularité de se cacher derrière de faux bons sentiments pour tromper son monde (égalité, non discrimination pauvreté ect...) . elle utilise la stratégie sectaire pour enroler dans ses rangs des sympathisants (les idiots utiles) des milieux universitaires et politiques. Se considérant indigènes de la République ; ils voudraient convertir les colons attachés à leur vieille République devenus repentants à leur juste cause pour enfin retrouver les vrais valeurs d'une République indigène modernisée. (ou comment coloniser la France par derrière sans que çà fasse mal ?) leurs cible évidente c'est la République et plus précisément sa constitution et ses lois. Ne faudrait-il pas l'amender par quelques lois religieuses inspirées par la charia ? on la débarrasserai ainsi de son côté post-coloniale.... quelques exemples : abrogation de la loi sur le port du voile, institution d'une nouvelle loi contre les blasphèmes qui viendrai parfaire la liberté d'expression, adapter la loi sur la laïcité pour la faire mieux correspondre aux exigences de la modernité et du multiculturalisme français... Non la République ne se compromettra pas avec la charia !

Dans son bloc-notes Le Figaro.fr Ivan Rioufol dit -" Ségolène Royal et François Bayrou ....Répliquant à Nicolas Sarkozy et à son projet de ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale, elle s'est offusquée de « l'amalgame assez ignoble »....Quant au respect de l'autre, récité par Bayrou, il ne peut être exigé du seul pays d'accueil...Lorsque le mouvement Les Indigènes de la République assure : « Nous sommes ici chez nous, que l'on ait ou non la nationalité française, sans obligation de se fondre dans une quelconque identité majoritaire », faut-il que la France s'excuse et s'efface ? « J'y suis, j'y reste », affichent des mouvements de sans-papier. Mais leurs pays d'origine n'accepteraient pas une telle prétention d'Occidentaux à s'installer chez eux. La France n'est pas respectée, car elle ne se respecte plus. Un élu communiste, André Gerin, député maire de Vénissieux, l'écrit cette semaine (Les Ghettos de la République, Éditions les quatre chemins) : « Ce qui m'inquiète à présent : tout ce qui est républicain est contesté et un sentiment anti-France se développe. » Il dit aussi : « Sont perceptibles les germes d'une guerre civile, je n'exagère pas. » Nos nombrilistes n'entendront pas. Mais serait-il interdit de tenter de prévenir le désastre qui vient ? Le temps des exigences N'en déplaise à Ségolène Royal et François Bayrou, l'identité française est menacée, et gravement. Menacée par l'école, qui a renoncé à transmettre une culture commune, alors même que le christianisme recule et que l'autorité de l'État vacille en se pliant aux repentances et autoflagellations exigées des minorités. Menacée par une immigration invitée, cette fois, à garder ses codes et ses moeurs, au nom de la diversité et du multiculturalisme, ce poison défendu par Jacques Chirac en 2003 (bloc-notes du 1/12/06). ...Dans son remarquable discours de Caen, vendredi, Nicolas Sarkozy a fermé la porte à ce communautarisme dont on lui faisait procès : « La France c'est un art, c'est une culture, c'est une manière d'être et de penser. La France c'est la pensée claire, c'est la raison, c'est l'esprit des Lumières. C'est aussi deux mille ans de christianisme, deux mille ans de civilisation chrétienne. » Ce pays-là est ouvert à tous, pourvu d'en partager sa langue, son histoire et ses valeurs, comme l'ont fait, hier, tous les immigrés européens et, aujourd'hui, nombre de Maghrébins, Africains ou Turcs..." .-"La France est en droit d'attendre l'allégeance à un code commun, si elle veut éviter la désintégration de l'Etat-nation. « Elle doit exiger qu'on em-brasse son éthique », disait Élie Barnavi, ancien ambassadeur d'Israël en France.

Contre le communautarisme

Le célèbre bloggeur Hervé Resse publie une note de lecture sur "Contre le communautarisme (Editions Armand Colin, mars 2007), Julien Landfried".
Extrait :
"L'ouvrage pointe notamment l'abandon par les partis dits progressistes de toute référence aux conditions d'existence et de travail de la classe ouvrière (qui continue, qu'on le veuille ou non, de rassembler 25% des salariés du pays), au bénéfice de "minorités" perçues comme autant de clientèles potentielles, à qui doit toujours être tenu un discours spécifique. Il indique clairement comment la loi sur la parité, - confondant objectif et moyen d'y parvenir-, a brisé un principe fondateur de la république, et enclenché la machine infernale des représentations par quotas, qui désormais sont affirmées comme autant de revendications justes par les "porte-paroles" le plus souvent autodésignés des minorités. Il illustre comment loin de constituer un progrès, ces nouvelles revendications rompent avec l'universalisme des Lumières."

entretien l'express et Julien Landfried.
L'Express.fr : Que désigne exactement le communautarisme?
Julien Landfried : Le communautarisme est la revendication de droits spécifiques pour un ensemble de personnes rassemblées par des critères religieux, ethniques, sexuels… Le communautarisme apparaît quand il y a une organisation politique et que des leaders, que j'appellerais des "entrepreneurs identitaires", demandent que soit reconnue leur spécificité, par une loi ou une forme de discrimination positive par exemple.

Vous parlez de marasme communautaire, n'est-ce pas un peu exagéré? Quelle serait l'ampleur du phénomène?
Depuis quelques années, on note une réapparition du régionalisme, la multiplication d'associations identitaires, religieuses, une importation du conflit israélo-palestinien dans la société française. Parallèlement, on assiste à une extension de la pénalisation des discriminations envers ces communautés, un encadrement de plus en plus stricte de la liberté d'expression, par des lois mémorielles, un projet de loi condamnant les propos homophobes, etc.

Avec quelles conséquences?
Avec pour conséquence une forme d'intimidation, de terrorisme intellectuel. Un Noir qui ne serait pas en accord avec "sa communauté" peut être taxé de "faux Noir", de "Noir à l'extérieur et blanc à l'intérieur". Le communautarisme est une logique d'exclusion contraire à l'unité laïque et républicaine. Un morcellement artificiel: par exemple, beaucoup de juifs français ne se reconnaissent pas dans le Conseil représentatif des institutions juives de France.

Quelle explication donnez-vous à cette évolution?
Elle s'explique par l'effondrement de l'idéologie dominante à gauche, le marxisme. La gauche privilégie désormais un modèle qui oppose les minorités aux majorités. Ce modèle s'est substitué à celui de la lutte des classes. Et des "entrepreneurs identitaires" en profitent. Je note aussi qu'Internet à favorisé cette émergence. Le Web permet d'entrer dans le débat public à moindre coût, quand la presse écrite communautaire reste faible en France.

Sans discrimination positive, comment répondre aux inégalités?
En cette période électorale, les "entrepreneurs identitaires" sont parvenus à imposer leurs revendications dans le débat, aux dépens des questions sociales, qui sont en fait la vraie priorité. Dans les programmes politiques des candidats, si vous faites une recherche par occurrence sur Internet, le mot "ouvrier" a quasiment disparu. Par contre, le Parti communiste français fait du combat pour les femmes une de ses priorités. Or une femme, ou un Noir seront toujours plus discriminés s'ils sont issus de milieux défavorisés. En France, le problème n'est pas l'endogamie ethnique - il existe par exemple beaucoup de couples mixtes - mais l'endogamie sociale. Ce sont donc aux inégalités sociales qu' il faut remédier, dans la tradition républicaine.